English
 
   
 
Lunettes
Accueil > Lunettes > Histoire de la lunette
Histoire de la lunette
Index de l'article
Histoire de la lunette
Deux siècles d'histoire industrielle à Morez
Lycée Victor Bérard de Morez
Toutes les pages

Les lunettes : une invention médiévale

Grosse lunette

 

Si l'on en croit les historiens, les lunettes ont fait leur apparition en Italie, dans le courant des années 1280 et 1300. L'origine de ces premières besicles reste aujourd'hui encore largement méconnue : ils sont trois, deux Italiens -Alexandro Spina, Salvino d'Armato- et un Anglais -Roger Bacon-, à revendiquer la paternité de l'invention. Une chose est sûre : les lunettes apparaissent dans le milieu monastique, les moines étant alors les seuls à savoir lire et écrire. Jusqu'au 16e siècle, ils n'auront à leur disposition qu'un seul type de besicles, des lunettes aux verres minéraux convexes pour voir de près et recopier leurs manuscrits sacrés. Les myopes attendront la Renaissance pour être compensés...

 

Pince-nez

 

Quelques modèles de ces premières besicles sont exposés au musée de la lunette : grossièrement taillées dans une monture monobloc ou constituées de verres enchâssés et reliés par un axe central, certaines sont en cuir bouilli, en écaille de tortue ou encore en laiton et en cuivre.

Si pendant 500 ans, la forme des besicles n'évolue guère, les lunettes vont connaître une mutation importante au 18e siècle avec l'apparition de petites branches, tenant sur les tempes. La collection Essilor - Pierre Marly, conservée à Morez, comprend plusieurs de ces modèles, dont des lunettes à tempes tout en argent ayant appartenues à l'une des filles de Louis XV, Victoire de France.

En savoir plus : Musée de la Lunette


Deux siècles d'histoire industrielle à Morez

Atelier

 

Si l'on n'a pas inventé les lunettes à Morez, cette région du Haut-Jura est la première à industrialiser la production, dans le courant du 19e siècle.

Tout commence en 1796 dans un hameau proche de Morez, aux Arcets, où un maître cloutier du nom de Pierre Hyacinthe Caseaux réalise une première monture en fil de fer. Le travail du métal est en effet, depuis le 16e siècle, la spécialité des artisans du Haut-Jura installés sur les bords de la Bienne. Au début du 19e siècle, Pierre Hyacinthe Caseaux emploie 13 ouvriers pour produire annuellement 300 douzaines de lunettes, qu'il vend en France et en Suisse.

Il ouvre la voie à une nouvelle génération d'industriels, qui à partir des années 1830 rencontre un véritable succès avec ces lunettes en fil métallique. Ils perfectionnent la production jusqu'à créer des montures très légères, surnommées « lunettes fils » ou « lunettes cheveux », spécialités moréziennes aux côtés des pince-nez sans soudure.

Peu à peu se crée une véritable industrie. En l'espace de 20 ans, de 1826 à 1848, la production des ateliers moréziens passe de 3 000 pièces à 720 000. L'ascension se poursuit à grande vitesse puisqu'elle atteint 11 millions de pièces en 1882 et fait vivre toute une région grâce à des dizaines d'entreprises. En 1900, grâce à sa réputation de qualité et de créativité, Morez s'est imposée comme la capitale de la lunetterie française.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'activité a évolué vers la mode et a pris un nouvel essor, d'autres marchés se sont ouverts et les innovations se sont multipliées. L'avenir est assuré avec la formation de futurs lunetiers, opticiens et techniciens d'entreprise, au Lycée Victor Bérard, descendant de la première classe d'optique créée en 1904 et fort de 700 élèves aujourd'hui.

Ainsi, dans les entreprises de Morez, s'appuyant sur un savoir-faire vieux de deux siècles et sur les technologies de demain, se dessinent les lunettes du 3e millénaire...

 

Rédaction : Typhaine Le Foll, Conservatrice du Musée de la Lunette

En savoir plus : Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39 400 Morez
03.84.33.39.30

 


Lycée Victor Bérard de Morez

Morez, Jura

En 1854 s'ouvre à Morez une école d'horlogerie pour la montre. L'Ecole Pratique d'industrie de Morez est ouverte le 5 novembre 1895. Entre 1900 et 1904, on introduit progressivement, par souci d'adapter l'enseignement aux débouchés, un enseignement pratique et théorique de la lunetterie. En 1905, l'école prépare ainsi aux professions de petites mécaniques, horlogerie, menuiserie, lunetterie et ébénisterie.

Durant la première guerre mondiale, l'école produira près de 200 000 corps de fusées. Après 1918, la section "optique lunetterie" se développe et les bâtiments deviennent trop étroits. Afin de financer les travaux d'agrandissement, la nationalisation est demandée en 1922. Les démarches sont soutenues par le Sénateur du Jura Victor Bérard. En 1928, la convention nationalisation est signée : l'Ecole Pratique devient l'Ecole Nationale d'Optique.

En juin 1960, un décret décide que les Ecoles Nationales Professionnelles s'appelleront désormais Lycées Techniques d'Etat.

Le Lycée Polyvalent Victor Bérard s'est agrandit en septembre 1997 avec une nouvelle section de BTS Génie Optique, option Photonique. Des investissements importants sont réalisés chaque année et, récemment, des formations nouvelles sont venues compléter l'enseignement dispensé dans le cadre du BTS d'opticien lunetier : une licence professionnelle Santé - Option : réfraction, analyse et prise en charge des déficits visuels en partenariat avec la Faculté de Médecine de Besançon et, depuis la rentrée 2008, une Formation Complémentaire d'Initiative Locale (FCIL) pour des jeunes titulaires de BTS design et microtechnique.

Le Lycée Victor Bérard, c'est, aujourd'hui, un équilibre réussi entre la tradition optique et micromécanique et le futur de la technologie de pointe.

Lycée Polyvalent Victor Bérard
35 quai Aimé Lamy - BP 87
39403 MOREZ CEDEX

Proviseur : Georges BICHET
Tél. : 03 84 34 17 00

En savoir plus : Lycée Victor Bérard

 
 
© 2009Lunetiers du Jura, syndicat professionnel des fabricants de montures de lunettes optiques, solaires, de sport et des composants de lunettes dans le Jura|Informations légales|Plan du site